Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Slimfly

Daubes

23 Octobre 2008 , Rédigé par SlimFly Publié dans #Textes

Daubes

Il y a des choses qui ne tournent pas rond, c'est une certitude.
Il est clair que rien ne va ici-bas, ce n'est pas un secret, des enfants se font prostituer, des personnes se font dépouiller de leurs organes, des pays dépensent des millions dans des guerres qui ne les concernent pas et d'autres ne peuvent pas nourrir leurs habitants. Il y a aussi l'équipe de France qui est en pleine crise d'adolescence et les stars hollywoodienne qui continuent de jouer aux chaises musicales amoureuses.
Un panel complet pour les intéressés.
Mais ici on ne parlera pas de tout ça, pourquoi ? Parce qu'on s'en tape... Et ça serait aussi utile que d'essayer de faire comprendre à un fan de Lara Fabian la différence entre Rage Against The Machines et SUM41.

D'ailleurs c'est là-dessus que je voulais cracher. Comment se porte la musique ? Un avis ? Vaut mieux pas en avoir, de plus en plus de " commercial ". Fini l'originalité ou la créativité. Certains fervents défenseurs des musiques formatées m'ont dit une fois, " tout a été fait c'est normal qu'il n'y ait plus d'innovations ". Mais merde je crois que je n’ai jamais entendu un truc aussi con et aussi triste en même temps. Comment peut-on penser ou croire une chose pareille ne serait-ce qu'une seule putain de seconde. On serait donc obligé d'écouter les chefs d'œuvre du passé en se disant que tout est fini, et que dorénavant les artistes seront tous baveux et putassiés.

Et ça ne touche pas qu'un style de musique, non, autant le rock, que le rap, le R'n'B et la musique électronique... Ils sont tous dans la même chiasse. Il ne faut pas confondre ce qui est bien et ce qui fait vendre. On pourra trouver des tas d'artistes ou d'albums ayant quelques chansons avec des " rythmes entrainant " ou des " mélodies sympa ", forcement il faut bien au minimum une jolie coquille pour vendre, mais au final tout cela est vide, creux, sans cris du cœur, sans rage, sans messages ou sans thèmes.

Le tout suivant inlassablement les effets de modes. Le temps a ses saisons, et la daube aussi. Mais les gens aiment ça, un rythme à suivre avec un changement régulier, le sentiment de vivre avec son temps tout en étant précurseur et dans l'originalité. Il y a peu on voyait des épileptiques élastiques Tektonik, quelques temps avant on retrouvait des Bourgeois Gansta du Hood fan de Matt Pokora dernièrement on notait l'apparition de groupies Pop-Rock qui se massaient devant les BB Brunes ou les Jonas Brothers. Un menu pathétique et à gerber.

Un des mots d'ordre est aussi le " retour aux sources ". Un peu tous les artistes sortent leur album dans lequel ils ont essayé de " retrouver la ferveur des débuts ". Belle fumisterie, la vérité c'est qu'il faut du fric et qu'il suffit de prendre quelque chose qui a marché sans trop se fouler. L'industrie du disque est en crise, mais pourquoi ça serait la faute aux Geeks sevrés de bit (beat) et qui téléchargent sans relâche sur les P2P ? Si la qualité primait sur l'avalanche de merdes on saurait s'y retrouver sans vouloir vérifier que le dernier coup de cœur n'est pas simplement la dernière niaiserie surproduite par un producteur véreux à l'image d'un Don Gilmore et de ses Linkin Park, Avril lavigne, Good Charlotte & Cie.

Je ne pense pas que les talents se font de plus en plus rare (quoique), mais simplement que nous sommes gavés, à la façon des oies que l'on bourre afin de créer ce moment magique de dégustation de foie gras à noël. Une surproduction pour une surconsommation. Mais on s'en tape car tout le monde est heureux, " si ça se vend c'est que c'est bien ". Alors si on se laisse aller à ce raisonnement, pourquoi mettre la créativité et la qualité en avant lorsque les gens se contentent de ce qu'on leur donne ?
Cela pourrait s'apparenter à donner de la confiture à des... cochons.

Cordialement,
et bonne chance.

 

 

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
spleen du jeuneLe spleen c la trsistesse, la deception la melancolie.Le spleen c'est ni le bien ni le mal mais c'est la bile noir qui ronge de l'interieur et détruit.Le spleen c'est voir le monde en gris. Celui qui en est atteind s'en fou, s'en va, s'enfuit.Le spleen marginalise et rend insensible.L e spleen c'est une protection, un blindage contre ce qui dégoute ou déçoit.Le spleen c'est une attitude qui fait peur aux autres et rire sois même.Le spleen c'est alofrs la solitude, il repousse autrui parce qu'il n'a plus confiance.Le spleen c'est donc la peur d être confronter a ses propres échecs. Le spleen c'est une solution palliant une incapacité à agirLe splennc'est un joli mot mais seul Baudelaire en est devenu un artiste.
Répondre
D

Yop, merci bien, voilà qui est mis en ligne, tu pense quand même pas ça de moi.


I
ah tu touche la corde sensible là ! je suis fille de musicien donc forcément... je suis d'accord avec tes propos toutes les musiques sont piratés par le commerce et la gerbe commercialisable... combien de très bons musiciens sont condamnés à pratiquer dans des boui boui minables non pas faute de talent mais parceque considérés comme non bancable... le monde tourne avec le fric et ce qui en rapporte n'est surement pas ce qui est talentueux... triste période ;-(
Répondre
D

Ah, les familles d'artistes^^, j'ai un papa musicien aussi, ça peut parfois partir sur des discussions très "soutenues" concernant certains styles musical lol


K
 Tout est dit dans ton article... Du commercial, encore du commercial ! Et tant que les producteurs se feront du fric, pourquoi se remettre en cause : plus on leur propose de la merde et plus ils en raffolent !
Répondre
D

Exactement, et c'est comme des tas de choses, rien ne bouge plus vraiment, les personnes qui essaient sont trop peu nombreuses, les personnes qui se plaignent le sont un peu plus mais n'agissent
pas et les personnes qui s'en tapent ou s'en contentent sont majoritaire.